« Triomphe de la nature » : un roman historique

Par Don Stewart

(version mise à jour par Les Sentiers de Gore)

land possessedLe roman historique Land Possessed demeure d’actualité près de 150 ans après le déroulement des événements que nous décrit l’auteure, Margaret Cook. En 2019, l’organisme Les Sentiers de Gore a tenu a célébrer le 50e anniversaire de cette publication en organisant des activités en lien avec Margaret Cook et son œuvre.

Publié pour la première fois par Giles Publishing de Lachute en 1969 et réimprimé en 1975, ce livre nous transporte dans le petit village de Shrewsbury où Margaret Cook retrace l’histoire des pionniers de cette partie des Laurentides. Ce roman, sans être œuvre littéraire majeure, est certainement un classique d’importance locale. Cette histoire d’amour et de tragédie humaine racontée dans un cadre historique sera d’un grand intérêt pour tous ceux qui souhaitent connaître le quotidien de la vie de nos ancêtres il y a 150 ans.

Pour son récit, Margaret Cook s’est inspirée des nombreuses conversations qu’elle a eues avec les aînés de la région au cours de 30 années durant lesquelles elle a passé ses étés à Gore. L’histoire se déroule entre octobre 1869 et novembre 1870. Les magnifiques champs du Glen à Wentworth, de même que des lieux comme Shrewsbury, le lac Barron, le lac Fiddler, Lakefield à Gore, le lac Anne et Pointe St-Charles à Montréal servent de décor au déroulement de l’histoire.

Ce roman raconte plusieurs anecdotes intéressantes, telle celle de Sam qui, tout jeune, quitte son Irlande natale. L’auteure excelle dans sa description de la vie de ces pionniers; la cabane en rondins, l’école du village, la cueillette de fruits sauvages, la visite chez Joe Beef’s Tavern et le plaisir des promenades dans le Montréal de l’époque, la fabrique de potasse, les rencontres à la taverne locale, la menace constante des ours, l’encan du bétail à la foire de Lachute, les raids des fenians, les grossesses et naissances dans le village. L’auteure dépeint de façon vivante les événements qui ont marqué au quotidien la vie des pionniers de notre région.

Certaines références historiques intéressantes portent sur la rivalité entre les immigrants de souche irlandaise et les pionniers catholiques. Causé en partie par la haine mutuelle que nourrissaient protestants et catholiques, ce malheureux préjugé a été importé d’Irlande où de telles rivalités existent toujours. Ainsi, lorsque l’héroïne protestante du roman tombe amoureuse d’un garçon catholique, leur amour sans issue devient la cause d’une tragédie. La loge orangiste à Shrewsbury, de même que le pique-nique annuel du 12 juillet, étaient des foyers qui, à l’époque, nourrissaient de tels préjugés.

patricia goodL’artiste Patricia Good (à gauche) a illustré le livre avec des dessins portant sur le quotidien des paysans de la région. Elle-même issue d’une famille de pionniers, elle a vécu jusqu’à sa mort en 1975 sur la ferme familiale de Shrewsbury, bâtie en 1840.

Mais qui était Margaret Cook ? Iva Marguerite Fern Neill est née dans le Canton de Shefford, au Québec, en 1897. Elle enseigne d’abord à la Lachute Académie de 1918 à 1922, puis au Macdonald College où elle a probablement fait la connaissance de son futur mari, le Dr Harold Sterling Cook, qu'elle épousa en 1930.

De 1949 à 1971, l’auteure signe une chronique mensuelle dans le Lachute Watchman intitulée « Sunnyacres Sketches » l’été et « Exile from Sunnyacres » l’hiver. Sunnyacres est le nom que portait la ferme qu’elle a achetée sur le chemin Scott à Gore en 1943, et où elle a passé ses étés pendant plus de 30 ans.sunnyacres sketches

Bien qu’il subsiste peu de photos de Margaret Cook, il est possible de se rendre à sa tombe au cimetière de Lakefield pour se recueillir La roche constituant sa pierre tombale provient de sa propriété et siège sur la partie la plus élevée du cimetière, derrière l’église Holy Trinity, surplombant ainsi les tombes des familles dont les vies ont servi de toile de fond à son roman.

Cette œuvre a servi d’inspiration à la création de la pièce de théâtre, Nature’s Victory, par Donald Stewart, interprétée d’abord en anglais par le Morin Heights Theatre en 2005 puis en français par la Troupe de théâtre amateur d’Argenteuil en 2019.

Ci-contre, Sunnyacres, sur le chemin Scott à Gore, maison d’été de Margaret Cook pendant plus de 30 ans.

Pour consulter l'article au complet ainsi qu'un texte sur l'histoire de Gore, veuillez vous procurer l'édition no. 12 du Porc-Épic, le journal de la Société historique de Morin Heights (histoiremorinheights.org). Un documentaire sur la vie et l'œuvre de Margaret Cook, produit sur les Sentiers de Gore, en présentement en tournage.

Agenda / Diary

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Partenaires / Partners


 

final final logo